Fêtes Religieuses

Épiphanie (6 janvier)

 

Manifestation de Dieu aux hommes.
Les rois mages, guidés par une étoile, viennent adorer l’enfant Jésus.

 

 

L’Epiphanie vient du grec epiphainô, «  faire apparaître ».

Fixée au 6 janvier, elle est la fête de la vraie Lumière, celle de l’étoile apparue aux mages pour lChristian Christmas scene with the abstract three Christian Christmas scene with the abstract three  © - fotolia.comes conduire au Christ.

La fête des Rois reste populaire : dans toutes nos crèches, trois «  rois mages » viennent adorer le vrai Roi et lui offrir l’or, l’encens et la myrrhe.

La galette des rois, bénie à la messe, symbolise le Christ, le Pain de vie ( Bethléem en hébreu signifie «  la maison du pain »).

Les mages ont un peu éclipsé les deux autres «  apparitions » que célèbre aussi l’Epiphanie : le baptême du Christ par Jean Baptiste au Jourdain et les noces de Cana, où se déroule son premier acte public.


 

Pâques (fête mobile)

 

Célébration du passage vers une vie nouvelle concrétisée par la résurrection de Jésus.

 

De l’hébreu pasah, « épargner », d’où pesah, « agneau pascal », en latin pascha, le sacrifice de l’agneau pascal étant le prélude à la sortie d’Egypte : la fête de Pâques est la plus importante de toute l’année liturgique.

 

Pâques est une fête mobile, dont la position n’est pas fixée dans le calendrier civil. Selon des règles établies au IVè siècle, on la célèbre le dimanche qui suit le 14è jour de la lunaison de mars, soit au plus tôt le 22 mars et au plus tard le 25 avril. Tout le cycle pascal est établi, chaque année, en fonction de la date de Pâques, et s’intercale en conséquence dans la suite des 34 dimanches ordinaires.

Happy Easter card, wishes Happy Easter card, wishes  © - fotolia.com

Sans doute la fête de Noël est plus populaire, mais c’est la fête de Pâques qui est la plus importante pour le chrétien. Elle est la fête chrétienne la plus ancienne. Elle célèbre la résurrection du Christ, sa victoire sur la mort qui est l’élément central de la foi chrétienne. En même temps, elle nous fait participer à sa résurrection en célébrant notre passage de la mort à la vie. C’est la bonne nouvelle de la victoire de la vie. Pâques est une fête que l’on célèbre dans une joie communicative. 


 

Ascension (fête mobile)

 

Jésus ressuscité annonce la venue de l’Esprit-Saint et retourne vers son Père.

 

Colomba bianca con ramoscello di ulivo Colomba bianca con ramoscello di ulivo  © - fotolia.com

 

Quarante jours après Pâques, l’Ascension célèbre la montée définitive au Ciel du Seigneur ressuscité.

D’après les Actes des Apôtres, Jésus victorieux de la mort apparaît à ses disciples pendant quarante jours, «  les entretenant du Royaume de Dieu » (Ac 1,3).

Comme l’exprime le symbole de la foi : « Il monta au Ciel ; il est assis à la droite du Père. Il reviendra dans la gloire, pour juger les vivants et les morts, et son règne n’aura pas de fin ».


 

Pentecôte (fête mobile)

 

Don de l’Esprit-Saint aux apôtres qui transmettront la Bonne Nouvelle.

 

Du grec pentêkonta, «  cinquante » : le cinquantième jour après Pâques, la Pentecôte est la solennité qui clôt le temps pascal et parachève son mystère par le don de l’Esprit : réunis autour de Marie dans le Cénacle, les Apôtres sont remplis de l’Esprit Saint, qui vient sur eux sous la double apparence d’un vent violent et de langues de feu qui se posent sur chacun d’eux. Le feu de l’Amour divin se propage ainsi par leur intermédiaire, selon la mission que leur a donnée le Christ : la Pentecôte est le jour de l’avènement de l’Eglise.

Jerusalem - Pentecost fresco in Russian cathedral Jerusalem - Pentecost fresco in Russian cathedral  © - fotolia.com

Les premiers chrétiens ne célébraient pas la fête de la Pentecôte. Ils célébraient Pâques, « grand dimanche » pendant cinquante jours. Au début du 3è siècle, quand on parle de Pentecôte dans l’Eglise, c’est pour désigner la durée de ces cinquante jours et non la fête du cinquantième jour. Ces cinquante jours formaient un unique jour de fête.

C’est au 4è siècle qu’on se mit à célébrer le 50è jour…mais on y célébrait l’Ascension. Et ce n’est que vers la fin du 4è siècle que la liturgie a célébré la Pentecôte comme une fête distincte de l’Ascension.

 


 

Assomption (le 15 août)

 

 

Commémoration de l’élévation de Marie au Ciel « en corps et en âme » à la fin de sa vie terrestre.

 

mégaphone : 15 Août Assomption mégaphone : 15 Août Assomption  © - fotolia.comLe 15 août, l’Assomption célèbre la montée au Ciel de la Vierge Marie, qui a rejoint son Fils dans son corps et dans son âme. A la différence du Christ qui s’est élevé dans les airs, la Vierge est portée par les anges dans la gloire de Dieu, ce qui explique le terme d’Assomption ( du latin assumere, «  emporter, soulever »).

L’Assomption de la Sainte Vierge est une participation singulière à la Résurrection de son Fils et une anticipation de la résurrection des autres chrétiens.

Le dogme de l’Assomption de la Très Sainte Vierge a été proclamé par le Pape Pie XII ( 1939 – 1958), le 1er novembre 1950, cependant cette fête était célébrée à Jérusalem dès le VIè siècle et à Rome dès le VIIè siècle.


 

Toussaint (le 1er novembre)

 

Célébration de tous les saints. Le lendemain, les tombes des défunts sont fleuries.

 

 

De l’ancien français Toz Sainz, « tous les saints ».Tod Trauer Glaube - Steinkreuz Tod Trauer Glaube - Steinkreuz  © - fotolia.com

Dès le Vè siècle, sans doute sous l’influence de l’Orient, Rome fêtait « tous les saints » le premier dimanche après la Pentecôte, au terme des célébrations pascales. 

Pour résister à la fête païenne celte de Samain (fête des morts) qui avait lieu dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre, l’Eglise instaura à cette même date une fête chrétienne. Elle demanda à Charlemagne d’instituer une fête de tous les saints le 1er novembre, substituant ainsi les saints aux esprits des morts. La fête de la Toussaint fut instituée en France en 835, sur l’ordre de Louis le Pieux, fils de Charlemagne.

En 1580, le pape Sixte IV fit de la Toussaint une grande fête chrétienne. C’est Pie X qui fit de cette célébration une « fête d’obligation », c’est-à-dire une fête où on doit assister à la messe.


 

Noël (le 25 décembre)

 

Fête de la Nativité. Célébration de la naissance du Christ.

 

Du latin natalis dies, «  jour de naissance ».

Neuf mois après l’Annonciation ( 25 mars) , le 25 décembre célèbre la naissance du Christ et le mystère de l’Incarnation. Noël est aussi la fête de la sainte famille de Joseph, Marie et Jésus, mais aussi de toutes les familles, fête de la vie qui vient de Dieu et le rejoint.

La fête de Noël est célébrée pour la première fois en 354 à Rome. La date du 25 décembre ne repose sur aucun document historique. La solennité de Noël a christianisé la fête païenne du Natalis Invicti (« naissance du soleil invaincu ») lors du solstice d’hiver.

 

Les origines de la crèche

natività natività  © - fotolia.comAu 16è siècle, les prêtres interdisaient les « mystères », des spectacles vivants qui mettaient en scène la crèche, entre autres. Pour les prêtres, ils ont perdu leur caractère religieux. A la place, de grandes statues de bois qui représentent les personnages de la Bible font leur entrée dans les lieux saints. Puis, à la fin du 18è siècle, c’est la Révolution française. Tout ce qui est religieux est alors interdit. Fini les messes de Noël, plus de crèches dans les églises. C’est à peu près à cette période qu’apparaissent à Marseille les santons de Provence en argile. De ce fait, les gens commencent à les installer chez eux.